AgoraNews-Mobility > Nos thèmes > Éco-Sécurité > Pollution > Voitures électriques, moins polluantes que les thermiques, ou non ?

Voitures électriques, moins polluantes que les thermiques, ou non ?

Voitures électriques, moins polluantes que les thermiques, ou non ?

La voiture électrique plus verte et vertueuse que la thermique essence !

Pour savoir si une solution est plus verte qu’une autre, il faut procéder à ce que les experts appellent une analyse complète de son cycle de vie. C’est ce que des chercheurs viennent de réaliser concernant plusieurs modèles de voitures électriques. Leur conclusion est sans appel : la voiture électrique est plus verte que la voiture à essence !

Toutes les voitures peuvent être électriques et ou hybrides rechargeables !

On nous présentées les voitures électriques comme étant la solution contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur du transport. Un mode de transport sobre en CO2. Puis, des voix se sont élevées pour nous mettre en garde contre les émissions cachées dont elles pourraient être responsables. Aujourd’hui, une étude de chercheurs des universités d’Exeter (Royaume-Uni), de Nimègue (Pays-Bas) et de Cambridge (Royaume-Uni) conclut que l’usage de voitures électriques permet bien de faire baisser les émissions de carbone.

La voiture électrique plus verte…

Selon ces travaux, la voiture électrique est aujourd’hui plus verte que la voiture à essence dans 95 % du monde. Tout au long de sa durée de vie, la voiture électrique émet ainsi 70 % de carbone en moins qu’une voiture à essence dans un pays comme la France qui tire la majeure partie de son électricité du nucléaire. Seuls certains pays tels que la Pologne feraient exception, car leur production d’électricité est principalement basée sur le charbon, dont la combustion émet beaucoup de CO2. La même étude montre également que le recours aux pompes à chaleur pourrait permettre, d’ici 2050, d’économiser l’émission de 0,8 gigatonne de CO2, l’équivalent des émissions actuelles de l’Allemagne. Les chercheurs ont effectué une analyse complète du cycle de vie de différents modèles de voitures électriques. Ils ont ainsi non seulement calculé les émissions de gaz à effet de serre générées lors de l’utilisation de ces voitures, mais également dans la chaîne de production et le traitement des déchets.

Les batteries progressent aujourd’hui plus vite que les voitures.

Leurs résultats prévoient que si, en 2050, une voiture sur deux est électrique, les rémissions mondiales de CO2 pourraient être réduites de 1,5 gigatonne par an. Soit l’équivalent des émissions actuelles de la Russie : « en d’autres termes, l’idée que les véhicules électriques pourraient augmenter les émissions est essentiellement un mythe », assure le Dr Florian Knobloch, chercheur à l’université de Nimègue, dans un communiqué. Et ce d »autant que dans quelques années, même les voitures électriques les plus inefficaces seront moins énergivores que la majorité des voitures neuves à essence dans la plupart des pays. Avec également une production d’électricité moins carbonée qu’aujourd’hui. Si ce n’est pas totalement gagné, on progresse tout de même !