AgoraNews-Mobility > Nos thèmes > Services > Énergies > Secteurs clefs, le moteur franco-allemand redémarre !

Secteurs clefs, le moteur franco-allemand redémarre !

Secteurs clefs, le moteur franco-allemand redémarre !

France et Allemagne tournent les mêmes clefs…

L’Allemagne et la France viennent de renforcer leur coopération et d’envisager des projets communs à financer sur l’hydrogène, les télécommunications 5G et les infrastructures de données (cloud) afin de réduire la dépendance industrielle de l’Europe dans ces domaines, selon l’annonce de l’Elysée dans un communiqué. Au cours de visio-conférences avec la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyren, le commissaire européen Thierry Breton, les ministres de l’Économie français et allemand, des industriels européens, le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel ont discuté des mesures à prendre pour « renforcer le développement de technologies d’avenir en Europe », a précisé la présidence française. C’est ainsi qu’en matière de technologies utilisant l’hydrogène, la France, l’Allemagne, ainsi que la Commission européenne souhaitent le lancement d’ici à la fin de l’année d’un Programme d’aides publiques européen PIIEC (Projet important d’intérêt commun) qui permet d’octroyer des financements publics sur des technologies de rupture.

France-Allemagne, sur la même longueur d’onde.

Les participants ont notamment évoqué une coopération renforcée pour le développement et la production d’électrolyseurs à grande échelle (pour produire de l’hydrogène vert ou décarboné), et l’utilisation de l’hydrogène pour décarboner à leur tour les sites industriels. Enfin, dans le domaine numérique, l’objectif des coopérations est de « développer et d’étendre la souveraineté numérique et les compétences européennes dans les microprocesseurs, les technologies de la communication, l’intelligence artificielle et des infrastructures de données fiables et compétitives ». De nouvelles coopérations sont également à l’étude dans les domaines de l’infrastructure cloud, la 5G et l’intelligence artificielle, a-t-on ajouté du côté de  l’Élysée.