AgoraNews-Mobility > Nos thèmes > Services > Bornes-Infras de Recharge > Renault, Nissan, EDF et Power Dot vont électrifier Uber…

Renault, Nissan, EDF et Power Dot vont électrifier Uber…

Renault, Nissan, EDF et Power Dot vont électrifier Uber…

Renault, Nissan et Uber ensemble sur des solutions électriques pour certains pays d’Europe.

L’objectif étant de faciliter l’adoption des véhicules électriques et le développement des infrastructures de recharge en faveur des chauffeurs Uber. C’est ainsi que Renault et Nissan, au sein de leur Alliance, ont signé une lettre d’intention avec Uber. Cet accord vise à permettre au VTCiste d’électrifier son offre de mobilité en Europe. Les entreprises entendent collaborer dans le cadre du partenariat avec une offre abordable de véhicules 100 % électriques à destination des chauffeurs utilisant l’application Uber sur les marchés européens, notamment au Royaume-Uni, en France, aux Pays-Bas et au Portugal. Ce partenariat fait suite à un projet pilote réussi entre Nissan et Uber au Royaume-Uni.
La lettre d’intention (MoU) présenté s’inscrit dans l’objectif d’Uber de devenir une plateforme de mobilité zéro émission. D’ici 2025, 50 % des kilomètres parcourus via la plate-forme d’Uber dans sept capitales européennes (Amsterdam, Berlin, Bruxelles, Lisbonne, Londres, Madrid et Paris) seront effectués à bord de véhicules 100 % électriques. Ainsi, les usagers seront en mesure de circuler dans un véhicule zéro émission dans les villes représentant 80 % des activités européennes d’Uber d’ici à la fin 2021. En France, Uber prévoit 50 % de véhicules électriques en 2025 et zéro véhicule diesel d’ici à 2024. Pour cela, Uber déclare vouloir consacrer 75 millions d’euros à l’accompagnement des chauffeurs dans l’acquisition de véhicules électriques !

Uber sort du Diesel pour l’électrique…

Des aides pour les chauffeurs VTCistes

À partir du 1er janvier 2021, le prix des courses UberX, Pool, Comfort, Van et Berline vont ainsi augmenter… Les passagers paieront une contribution de 0,03 euro par kilomètre ajoutée au prix de la course (hormis les passagers de l’option Uber Green). Cette augmentation tarifaire sera dédiée à 100 % aux chauffeurs. Chacun d’entre eux pourra ainsi bénéficier d’une aide financière pour acquérir un véhicule électrique et Uber participera à hauteur d’un montant identique lors de l’acquisition du véhicule (il va en falloir des courses à 0,03 euro par kilomètre pour s’offrir une véhicule électrique puisque Uber le déclare lui-même : un chauffeur roulant 15 heures par semaine recevra environ 1 600 € au bout de 3 ans…).
En outre, Uber a conclu avec Renault-Nissan, dans le cadre de leur Alliance, un protocole d’accord européen, afin de faciliter l’accès aux véhicules électriques aux chauffeurs VTC et des partenariats avec le Groupe EDF (le fameux Izivia – Corri-Door…) et Power Dot pour permettre aux chauffeurs d’avoir un accès rapide et économique à des bornes de recharge, que ce soit sur la route ou à domicile.

• Les résultats de l’enquête Harris Interactive menée pour le compte d’Uber :
L’environnement apparaît comme un sujet prioritaire pour 67 % des Français et se classe avant même le pouvoir d’achat;
Il figure parmi les sujets de préoccupation de 85 % des Français, au même niveau que le pouvoir d’achat;
Suite à la crise sanitaire liée au covid-19, 51 % des Français sont plus préoccupés par l’environnement.
Près de 6 Français sur 10 se déclarent prêts à payer un produit ou un service plus cher pour agir en faveur de l’environnement;
Et 78 % des utilisateurs de VTC seraient prêts à payer plus cher leur course pour la transition énergétique.