AgoraNews-Mobility > Nos thèmes > Services > Constructeurs > Coronavirus : impact sur l’industrie automobile européenne en 2020

Coronavirus : impact sur l’industrie automobile européenne en 2020

Coronavirus : impact sur l'industrie automobile européenne en 2020

Analyse sur la production d’automobiles, à court terme en Europe : 4 scénarios basés sur une hypothèse de crise :

• Deux types de scénarios ont été envisagés : un premier avec l’hypothèse que la demande continuera d’être là après la crise. Il s’agit généralement de scénarii mis en avant par les constructeurs automobiles. Puis une deuxième scénario qui s’appuie sur une demande post-crise complètement inerte.
L’impact du coronavirus (Covid-19) à court, moyen et même à long terme sera sévère pour l’industrie automobile. À court terme, nous ferons face à une double crise, inédite depuis la Seconde Guerre mondiale :
– une baisse de la production extrêmement forte, avec un arrêt total dans de nombreux pays, mais pas avec un décalage dans le temps.
– une baisse attendue extrêmement forte de la demande, car les consommateurs auront beaucoup moins de moyens financiers à allouer pour des biens qui ne sont pas primordiaux. Bien sûr, la plupart des gens considèrent les voitures comme un bien de première nécessité, mais remplacer leur véhicule actuel ne sera pas une priorité de premier niveau.
• En outre les consommateurs :
–  craignent profondément que la « crise du coronavirus » puisse revenir, même après la fin de la contagion ou pire, que de nouvelles maladies puissent surgir à tout moment.
–  vont prendre de nouvelles habitudes, avec de nouvelles façons de travailler et de consommer les loisirs.

Tout dépendra des mesures gouvernementales…

Évolution de la production d’Autos en Europe.

En fait, selon Inovev, la situation dépendra essentiellement des mesures gouvernementales qui seront prises dans le monde entier. Et l’utilisation des leviers normaux du système économique actuel ne pourra pas fonctionner. Les États seront ainsi amenés à prendre des mesures drastiques de type « sortie de guerre » (comme ce fut le cas en Europe après la Seconde Guerre mondiale avec le plan Marshall), comme les nationalisations, l’annulation de dettes, les restrictions, la gestion des frontières (voir leur retour, par pays)…
Ce que l’on peur d’ores et déjà affirmer, c’est que selon les différends scenarii envisagés, la production des constructeurs européens chutera de 13 % avec fermeture des usines pendant quatre semaines pour les plus optimistes et de 57 % avec fermeture des usines pendant huit semaines pour les plus pessimistes. Les constructeurs sont quand même nombreux à déjà prévoir une chute de plus 50 % de leur production (de – 52 à – 57 % en France), Les ex-pays de l’Est et le UK de – 53 à – 61 % et étonnamment de – 24 à 33 % pour l’Italie (voir carte).
Toutes ces actions ne peuvent être anticipées aujourd’hui encore et il est donc très difficile de construire des prévisions proches de la réalité. Cependant, Inovev est en train de construire et mettre à jour en permanence des scénarios aussi réalistes que possible pour guider l’industrie automobile, les gestionnaires de parcs (évolution ou non de leurs parcs) et tous les observateurs avertis, dans leurs réflexions ou stratégies et plans d’action. Une analyse qui sera ainsi mise à jour chaque mardi matin…
– Source Inovev .