AgoraNews-Mobility > Nos thèmes > Économie-Droit-Fiscalité > Institutions > 2021 : notre environnement au cœur des préoccupations nationales et internationales ?

2021 : notre environnement au cœur des préoccupations nationales et internationales ?

2021 : notre environnement au cœur des préoccupations nationales et internationales ?

2021 sera-t-elle l’année de tous les changements pour la planète ?

Après une année 2020 pendant laquelle beaucoup d’événements ont été décalés, repoussés pour cause de Covid-19, c’est finalement 2021 qui sera, ou non, une année importante pour la planète en raison des choix qui seront faits au niveau national comme international. La France devrait enfin voter sa loi climat dans le même temps où la Commission européenne détaillera son “Green Deal” avant la fin du 1er semestre. Quant à l’international, les différentes COP sur le climat, la biodiversité et la désertification seront tenus avec de forts engagements de la part des États même si, en la matière il y a toujours un grand écart ou des renversements de situation, par la suiteC’est ainsi qu’en France, le projet de loi Climat issu des travaux de la Convention citoyenne sera présenté fin janvier au Conseil des ministres. Le Président de la République ayant donné son feu vert à la tenue d’un référendum pour faire entrer le climat, la biodiversité et l’environnement dans l’article 1er de la Constitution. Un projet de réforme constitutionnelle doit être présenté en même temps que le projet de loi climat. Leur examen au Parlement est prévu en mars pour un vote avant l’été. Ce qui signifie que c’est loin d’être gagné puisque nombre d’institutions ont leur mot à dire…

Ursula Von der Leyen : Green Deal Européen.

 – L’Europe prendra alors le relais (juin) avec son Green Deal. La Commission européenne va en effet présenter son arsenal législatif permettant d’aligner l’Union européenne avec son nouvel objectif de réduction des émissions de – 55 % à l’horizon 2030 (contre 60 % voulus par les eurodéputés….). À cela s’ajoute l’intention d’étendre le marché carbone au transport routier et aux bâtiments, de durcir encore et toujours les normes d’émissions de CO2 pour les véhicules et les camionnettes à l’horizon 2030 et enfin de mettre en place un système d’ajustement carbone aux frontières…
– Au niveau international enfin, la fin de l’année 2021 verra se tenir les COP des trois conventions de Rio, sur le climat (du 1er au 12 novembre), la biodiversité et la lutte contre la désertification. Les États du monde entier devront s’y fixer de nouveaux objectifs en matière de protection de la nature lors de la COP15 sur la biodiversité qui devrait se tenir en octobre en Chine. Pour préparer cette conférence, la France organisera, à la rentrée (du 3 au 11 septembre), le Congrès mondial de la nature à Marseille. Et le 11 janvier, elle tiendra un One Planet Summit spécial biodiversité. En novembre, la communauté internationale se retrouvera à Glasgow, en Écosse, pour la COP26 sur le climat. Celle-ci doit acter la relève de l’ambition conformément à l’Accord de Paris alors que de premiers engagements ont été pris, notamment par la Chine, le 12 décembre dernier lors d’un sommet de l’ambition. En amont de ces trois COP, Emmanuel Macron propose qu’un sommet soit organisé à New-York « pour leur donner une impulsion décisive et aboutir à des résultats tangibles ».
Reste juste à espérer que ces nouveaux engagements soient véritablement utiles à notre environnement sans être, comme c’est malheureusement trop souvent le cas, avant tout “clientélistes” et par là liberticides…
– Source : Novethic.